Qui suis-je ?

Je suis né en face de la place Massenet à La Madeleine dans le Nord, dans une région où les compositeurs sont considérés comme des demi-Dieux.

Enfant, je pensais que la composition était quelque chose d’inné, jusqu’au jour où une de mes amies m’a dit, «Eric! Tout le monde ne s’appelle pas Beethoven!».Lorsqu’elle prononça ces mots, j’ai réalisé que j’avais grandi avec une chimère. A partir de ce moment je me suis mis au travail.

J’ai appris le piano avec Madame Huguette Rayssiguier, une ancienne résistance passionnée de pédagogie. Plus tard elle me présenta au premier tambour de France qui m’a fait comprendre les bases du rythme. En une leçon cet homme m’a permis d’écrire ma première composition. Fort de cette expérience, j’ai fait mon entrée à l’école nationale de musique à Saint Germain en Laye.

Là, j’ai rencontré mon Maître, Jean Pierre Beugniot. Il m’a enseigné l’harmonie la fugue et le contrepoint. Rassuré sur mes capacités, j’ai composé une cantate pour chœur solistes et orchestre, je la fis voir à mon professeur qui m’a dit «C’est très bien orchestré!». Ensuite ma première grande œuvre fut jouée à Saint Germain en Laye salle Jacques Tati puis à l’église de Domont. Ce furent mes premiers pas dans le monde enchanté de la création.

Des artistes lyriques, parmi lesquels José Todaro, m’ont encouragé à écrire mon premier opéra. Il y eut dix représentions au théâtre Traversière à Paris. Les œuvres s’enchaînèrent: Poème symphonique, opéra, comédie musicale, jusqu’à une improvisation à l’orgue enregistrée par Radio France.

Je me présente maintenant devant vous avec mon troisième opéra. Il s’agit d’une œuvre maîtresse de mon répertoire. Pour la jouer, je fais une entière confiance à l’orchestre de l’Oise et à son chef Thierry Pelicant, que je connais depuis plusieurs années et avec qui j’ai créé un spectacle musical sur Jean Jacques Rousseau, écrit par la philosophe Catherine Kinztler.

J’ai confié le livret de David et Bethsabée à Eric Péron, complice artistique de toujours.

Le compositeur Eric PERRE.

Laisser un commentaire